1. googleGoogle a annoncé que ses règles de confidentialité allaient être modifiées pour regrouper toutes les informations laissées par chaque utilisateur sur les différents services offerts par le géant américain. Ces changements, qui prendront effet au 1er mars, ont suscité de nombreuses réactions sur Internet et parmi la communauté des technophiles.

     
  2. 11:34

    Tags: Google

    pinterest google

    Il y a quelques jours, nous évoquions l’engouement des internautes pour le service en ligne Pinterest. Il semble que cet intérêt ne se limite pas à quelques utilisateurs, mais semble également intéresser les grands acteurs du web.

    Nos confrères de TechCrunch rapportent que Google serait effectivement très intéressé par un rachat de Pinterest. Certaines sources évoquent même des sommes très importantes.


    Suite sur memoclip
     
  3. 10:36

    Tags: Google

    googleAux États-Unis comme en Europe, Google est actuellement au cœur d’une enquête menée par les autorités en charge du contrôle des pratiques commerciales. La Commission européenneet la Federal Trade Commission (FTC) cherchent à savoir si le géant du web a usé de pratiques anticoncurrentielles pour privilégier ses propres services au détriment de ceux d’éditeurs concurrents.

    À en croire les informations obtenues par Bloomberg, le nouveau réseau social de Google est depuis peu dans le collimateur de la FTC. En quelques mois, Google+ s’est en effet rapidement imposé parmi les sites communautaires. Plus de 62 millions d’internautes auraient créé un compte à la fin décembre 2011, selon les estimations de Paul Allen, alors que le site est disponible que depuis quelques mois.

    Bien entendu, ces statistiques ne permettent pas de connaître le nombre d’utilisateurs réellement actifs sur Google+. Se sont-ils simplement inscrits parce que Google a insisté sur la promotion de son réseau social ou bien partagent-ils vraiment du contenu avec leurs contacts ? Difficile à dire. Le seul nombre d’utilisateurs inscrits ne permet en tout cas d’avoir une bonne idée du vrai succès de Google+.

     
  4. Google - pourquoi !

    GOOGLE MOINSTout simplement parce que cette plate-forme s’annonce la pire des boîtes noires fermées que l’on ait jamais vu dans les médias sociaux. En effet, sur Facebook, Twitter, Linkedin que j’utilise aussi, je peux alimenter mon compte de manière automatique à partir de mes publications mais aussi de mes listes de favorix ou des informations que je partage via ma plate-forme d’agrégation de flux RSS. Or, contre les pratiques de tous ces concurrents, Google plus ne permet pas ce type d’alimentation automatique. C’est d’ailleurs valable en entrée comme en sortie. Alors des services comme Backupify me proposent de sauvegardes régulières des informations que je publie sur plusieurs plate-formes, rien ne concerne Google Plus dont je ne peux rien extraire; et pour cause : aucune API publique n’est ouverte.

    Extrait de l’article de PIOTRR, publié sur blog.homo-numericus.net

     
  5. Google prétend détecter les tsunamis et les épidémies en analysant les mots clés les plus recherchés. Mais jusqu’où s’arrêtera donc l’intelligence collective ?

     
  6. Google veut faire un exemple avec les journaux belges !

    Le bras de fer entre les journaux francophones belges et Google continue, et cette fois la firme de Mountain view a décider de frapper très très fort en ne référençant plus du tout les sites des journaux.

    Quand on entre en conflit avec une firme de la taille de Google, il faut donc s’attendre à des répliques parfois violentes. C’est en tout cas la première leçon que pourront tirer les éditeurs de presse du dernier épisode du bras de fer qui oppose les journaux francophones belges à la firme de Mountain View. Réunis au sein de la société de gestion des droits de la presse Copiepresse, les éditeurs de journaux francophones belges sont en procès depuis plusieurs années avec Google qui “pompe, pille, stocke et archive nos contenus sur leurs serveurs”, comme explique Philippe Lalloux, digital media manager du Soir ( voir son interview vidéo en bas du billet et le point de vue du journal sur cette décision de Google ).

    Pour ceux qui souhaitent parcourir un peu plus précisément l’historique de ce conflit, je vous conseille la lecture des billets complets que Damien Van Achter à consacrer au sujet sur son blog depuis plusieurs années, à consulter (déjà trier ) ici.

    Le 5 Mai dernier, les éditeurs belges avaient étonné tout le monde en obtenant une décision de justice obligeant Google à ne plus exploiter les contenus de leurx journaux sur Google news.

    Extrait de l’article d’Erwann Gaucher, publié le 16 Juillet 2011 sur erwanngaucher.com

    (Source : erwanngaucher.com)